Laguépie durant la Première Guerre Mondiale

Un mois après que la guerre soit déclarée, le 1er août 1914, le maire de Montauban appelle les Montalbanais à conserver leur sang-froid et à se rendre compte des obligations qui leur incombent. Les ordres de mobilisations sont affichés à Laguépie : les groupes se forment. Et les partis politiques qui d’habitude divisent tant le village, ont totalement disparu.

Le 2 août, les premiers départs ont lieu et vont s’étaler sur cinquante et un mois.

Les hommes de Laguépie font trois étapes avant d’arriver à Berlin, mais ceux qui pensent être revenus sous deux mois reviennent beaucoup plus tard, ou ne reviennent pas.

Montauban, chef-lieu du département, est une ville de garnison et dépend du 17e corps d’Armée de Toulouse. Et la Grande Guerre voit deux Tarn-et-Garonnais se distinguer comme aviateurs : il s’agit de Léon Bourjade et Dieudonné Costes.

Comme l’ensemble du département, Laguépie va payer un lourd tribut : Saint-Amand perdra quarante sept de ses habitants et Saint-Martin trente quatre.

À Laguépie, a été érigé un monument mural en hommage aux victimes de la guerre : il s’agit d’une femme qui tient dans sa main une feuille sur laquelle est gravée l’inscription « Ils sont morts pour qu’il n’y ait plus de guerre ».